Accueil > Beaux-Arts > Artistes Classiques > HIROSHIGE & EISEN. Les Soixante-neuf stations de la route Kisokaido - Andreas Marks et Rhiannon Paget

Artistes Classiques


HIROSHIGE & EISEN. Les Soixante-neuf stations de la route Kisokaido - Andreas Marks et Rhiannon Paget


HIROSHIGE & EISEN. Les Soixante-neuf stations de la route Kisokaido - Andreas Marks et Rhiannon
Code ISBN : 3-8365-3938-8
100.00 €

Disponible



" La route de la Kisokaidō à travers le Japon fut tracée sur l’ordre de Tokugawa Ieyasu, qui dirigea le pays au début du XVIIe siècle et décréta que des relais soient installés tout le long de cette piste accidentée qui reliait Edo (l’actuelle Tokyo) et Kyoto. Auberges, échoppes et restaurants y furent construits pour prodiguer nourriture et logis aux voyageurs fatigués. En 1835, le célèbre estampiste Keisai Eisen reçoit la commande d’une série d’œuvres qui décriront les étapes successives de l’itinéraire de la Kisokaidō. Après avoir réalisé 24 estampes, Eisen est remplacé par Utagawa Hiroshige, qui complète la série avec 70 estampes en 1838.

Eisen et Hiroshige étaient tous deux des maîtres de l’estampe. Les Soixante-neuf Stations de la Kisokaidō révèlent à la fois les styles distincts et le savoir-faire commun des deux artistes. Du point de départ animé de Nihonbashi à la ville d’Iwamurata et son château, Eisen opte pour une palette aux tonalités atténuées, mais excelle dans la représentation figurative, en particulier des femmes élégantes, et se délecte des instantanés de vie qu’il saisit le long de la route – du ferrage d’un cheval au vannage du riz. Hiroshige démontre sa maîtrise du paysage avec des scènes grandioses et évocatrices, des rives paisibles du fleuve Ota à l’impressionnant col de Wada et à l’ascension de Yawata à Mochizuki au clair de lune.

L’ensemble de la série des Soixante-neuf Stations représente non seulement un chef-d’œuvre de l’estampe, avec des compositions audacieuses et un recours expérimental à la couleur, mais aussi une fresque envoûtante du Japon au XIXe siècle, bien avant le spectre de l’industrialisation. Cette nouvelle édition redonne vie à ce recueil dans un format adapté à sa splendeur. Composé à partir d’un des exemplaires les mieux conservés de leur première édition, l’ouvrage, relié selon la tradition japonaise et imprimé sur un papier non coupé, restitue cette œuvre légendaire dans une qualité de reproduction optimale. Parfait complément aux Cent vues célèbres d’Edo, également publié par TASCHEN, il est un régal pour les yeux et un objet de première importance témoignant du lointain passé du Japon impérial.

Andreas Marks a étudié l’histoire de l’art de l’Asie de l’Est à l’université de Bonn et a obtenu son doctorat en études japonaises à l’université de Leyde grâce à sa thèse sur les gravures d’acteurs du XIXe siècle. De 2008 à 2013, il fut directeur et conservateur en chef du Clark Center for Japanese Art à Hanford, en Californie. Depuis 2013, il est conservateur d’art japonais et coréen de la collection Mary Griggs Burke, directeur du département d’art japonais et coréen, et directeur du Clark Center for Japanese Art au Minneapolis Institute of Art.

Rhiannon Paget
a fait ses études à l’Université des Arts de Tokyo. Elle est titulaire d’un doctorat en histoire de l’art du Japon, obtenu à l’University of Sydney, en Australie. Elle est conservatrice d’art asiatique au John & Mable Ringling Museum of Art à Sarasota, en Floride, et a publié des recherches sur les gravures sur bois, les textiles, les jeux de société et les nihonga japonais. "

.Indications sur les stations et sations chromatiques
.Varaiations chromatiques
.Sources et esquisses préparatoires pour les planches
.Notes
.Les auteurs

Reliure à la japonaise, couverture illustrée, coffret pleine toile illustré

2017

44 x 30 cm

234

TEXTE EN FRANÇAIS/ALLEMAND/ANGLAIS
  Retour

 Référencement de site e-commerce avec PowerBoutique