Err

Pour tous les amoureux du livre d'art
Librairie Couleur du Temps, Paris
DU BOSPHORE À L'ADRIATIQUE. Des photographes français découvrent les monuments des Balkans 1878-1914 - Catalogue d'exposition (Conciergerie, 2009)

DU BOSPHORE À L'ADRIATIQUE. Des photographes français découvrent les monuments des Balkans 1878-1914 - Catalogue d'exposition (Conciergerie, 2009)

Editions du Patrimoine
(Code: 9782757700648)
En Stock
22,00 EUR
12,00 EUR
-45%
0g
De 1878 à 1914, des photographes français parcourent les Balkans - une contrée, ou plutôt un Orient " mal défini " au dire de Pierre Larousse. Héritiers de la tradition du " Grand Tour " issue des artistes du XVIIIe siècle, ils bénéficient de la modernisation des pratiques du voyage, notamment du chemin de fer avec l'inauguration de l'Orient-Express en 1883, et de l'apparition des premiers guides, le " Baedeker " et le " Joanne ". 

Ces photographes, que les conditions géopolitiques tumultueuses ne rebutent pas (conclu en 1878, le traité de Berlin, qui organise le reflux de la vague ottomane présente dans les Balkans depuis le XVe siècle, laisse libre cours aux conflits nationalistes), figent à merci, en noir et blanc d'abord puis, à partir de 1907, en couleurs avec l'apparition du procédé autochrome, un riche patrimoine architectural dans cette région du monde tour à tour submergée par les Empires romain, byzantin et ottoman et qui a bénéficié, plus ponctuellement, des influences vénitienne sur les côtes adriatiques et austro-hongroise au nord.
De ces voyages naîtra un goût pour les arts byzantins relayé par plusieurs publications tant universitaires que destinées au grand public. En 1910, avec la première édition du Manuel d'art byzantin, la discipline s'installe durablement dans le cursus des études universitaires. Mais ces photographes - qui ont pour nom Jean-Baptiste Feuvrier (1842-1921), Jules Gervais-Courtellemont (1863-1931),Aymar de La Baume Pluvinel (1860-1938), Auguste Léon (1857-1942), Gabriel Millet (1867-1953), Eugène Richtenberger (1856-1920) , ils sont vingt et un présentés dans l'exposition - ne se borneront pas à immortaliser les monuments. Ils s'attacheront également, pour certains, à photographier les hommes et les femmes dans leurs costumes traditionnels, et feront oeuvre d'anthropologue en observant leur mode de vie.
Ces archives photographiques participent ainsi d'un mouvement de réappropriation des cultures grecque, romaine et byzantine, mais insidieusement celui-ci conduira à réfléchir sur l'urbanisme des villes de l'avenir. Le Voyage d'Orient de Le Corbusier dans les Balkans en 1911 - un voyage au cours duquel il n'omet de photographier ni les anciennes maisons d'Istanbul ni celles d'Andrinople - apparaît aujourd'hui comme emblématique de ce nouveau regard jeté sur l'architecture. "

Publié à l'occasion de l'exposition présentée à la Conciergerie (Paris), du 19 juin au 27 septembre 2009.

180 photographies à pleine page et in-texte commentées tout au long des cinq sections du catalogue par 16 rédacteurs.

Révélations balkaniques, importante introduction de Léon PRESSOUYRE (pp. 8-26, 32 photographies)

Signalons un cliché de Chares-Edouard Jeanneret dit LE CORBUSIER pris en 1911 à Andrinople.

.Carte des sites
.Fonds photographiques
.Index des noms et des sites
.Index des photographes

Editions du Patrimoine et Centre des monuments nationaux, 2009, 29 x 24,5 cm, broché, couverture illustrée à larges rabats (Mosquée et église à Mostar, A. LEON, 1912), 142 pages.
9782757700648/978-2-7577-0064-8